Τετάρτη, 18 Ιουνίου 2008

GRAND CANAL HISTORIQUE

Diffusions, expos, catalogues des auteurs de Grand Canal- texte contributif in progress, coordonné par Patrik Prado .

Il y a eu un décalage normal, mais en réalité relativement court entre les réalisations d’art vidéo ou de « vidéo de création » et l’apparition des festivals et donc des catalogues d’art vidéo. Comme l’écrit Jean-Marie Duhard qui fut un pionnier en la matière en créant le festival de Montbéliard : « Jusqu’en 1980, la vidéo s’était inscrite dans la marge, dans la « cuisine », comme the Kitchen à New York, ou bien elle restait confinée à un cercle restreint d’initiés, de connaisseurs qui fréquentaient les musées, les galeries. En 1980 vont se multiplier et s’enchaîner les festivals, avec chacun leur spécificité, leur originalité et surtout cette volonté d’ouvrir une brèche pour qu’il y ait une réelle rencontre, échange et confrontation entre les artistes, les producteurs et les diffuseurs et les « nouveaux » et peu nombreux théoriciens de ce nouvel art. Festivals, comme Locarno, Charleroi, La Haye, Montbéliard, San Sebastian, Berlin, Salzzo-Maggiore, Bruxelles, Amsterdam, Montréal, Los Angeles, Genève, Madrid, Sarajevo, Ljubljana etc. » (in catalogue Vidéocréation d’Intermédia, voir plus loin).


1974, novembre, Art Vidéo Confrontations, Musée d’Art Moderne, CNAAV. Conception/organisation Dany Bloch et Dominique Belloir. Premières diffusions « officielles » d’oeuvres vidéo en France.
1980, février. Ateliers ARC, Dany Bloch.Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Vidéos de P-A Gette, P. Prado
1980, XIème Biennale de Paris,Grand Palais, Paris.
1981. Fondation Gulbekian, Lisbonne, Thèmes : de l’architecture à la vidéo.
1980, 31 juillet-10 août, I°Festival International d’Art Vidéo, en parallèle avec le Festival International du film. Locarno, Suisse. Coordinatrice : Dany Bloch, Président du festival : Rinaldo Bianda.


1980, 10,11,12 juin, French Video Art, Art Video Français, American Center, Center for Media Art, Cinémathèque de Paris, exposition organisée par Don Foresta en vue d’une tournée aux USA avec le Media Study de Buffalo, avec le soutien du Ministère des Affaires étrangères. Bandes de Cahen, Deblé, Prado, Marker, Helt, Jurie des Camiers, Robert, Boulanger, Debré, Ikam, Torey, Nisic, Wennberg, Nessim, Pain,, Yalter, Croiset, Mahfoud Majdane, Belloir, Rovere, Minh, groupe Cible, Dufour, Godeau, Goguy, Cielewicz, Pajic, Baladi. Cette expo faisait suite a trois journées d’atelier par Nam June Paik les 5, 6 et 9 juin à l’American Center. Couverture du catalogue : Don Foresta.
1980, 26 septembre, TF1, magazine « Expression », Réalisation Hélène Faulat et Guillaume Silberfeld. Premier passage a l’antenne de création vidéo avec pour Grand Canal, D. Belloir, P. Prado
1981, avril, Spécial Vidéo, Art Press, Nam June Paik, Dan Graham, Wolf Vostell, « tous les jeunes artistes vidéo ». Articles de Dominique Belloir et de Dany Bloch : Vidéoscopie : Belloir, Cahen, Prado, Deblé, Dauriac, Kuntzel, Marton, Pain, Yalter, Dupuy, Ristorcelli, Wennberg, Nessim, Despir-Résame, Gourlay.
1981, 31 juillet-9 août, II°Festival International d’Art Vidéo , Locarno, Suisse. Président du festival : Rinaldo Bianda. Coordination : Vittorio Fagone. Au jury, René Berger, Dany Bloch, Charles Pic, etc. . Prix : Dolce/Douce de G. Baruchello (Italie), So Different and yet de J. Coleman (Irlande), The new … de F. Pezold (Autriche), , Concept Publiart de F. Van Herck (Belgique), Soleil de Van Gogh (Planetarium) de P. Prado (Grand Canal).Dany Bloch, notre égérie du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, publie l’année suivante à Locarno (Edizione Flaviana) Art et Vidéo 1960-1980/1982 Historique de l’art vidéo, classements des genres et des auteurs, un premier ouvrage sur le sujet en attendant celui d’Anne-Marie Duguet. (La mémoire au poing, Hachette, 1981. Elle a publié en 2002 Déjouer l’image) Anne-Marie Duguet est professeur à l’UFR d’Arts Plastiques et Sciences de l’Art de l’Université Paris1, directrice du Centre de Recherches d’Esthétique du Cinéma et des Arts Audiovisuels.
1981, Anne-Marie Duguet. La mémoire au poing, Hachette, Premier ouvrage sur l’art vidéo qui « interroge l’évolution actuelle de la vidéo légère. « Grâce à elle, des luttes, des désirs ont engendré des productions irrespectueuses. Des écritures sont inventées et s’inventent encore. Pour quel ghetto, pour quels projets ?
1981 octobre, Vidéo Art Explorations, de Dominique Belloir, Cahiers du Cinéma, Hors série. Introduction « Le champ vidéo » par Jean-Paul Fargier. 1ère de couverture « La mauvaise mémoire » de Patrick Prado : Les Marx Brothers (dans Casablanca) inscrits dans un téléviseur incrusté dans une publicité Moulinex. Ce N° des Cahiers fait l’historique de l’art vidéo dans le monde (essentiellement USA, Allemagne et France), définit les différents types de manipulation de l’art vidéo (sculptures, environnements, installations, happenings et vidéo-pièges), développe les technologies mises en œuvre par ce nouveau médium, établit les tendances de l’art vidéo en France, et liste enfin les vidéogrammes français à la date de parution.
1981, 1er novembre, Antenne 2, magazine Vidéo 2, diffusion d’auteurs vidéo Réalisation Catherine Ikam
1981, décembre, Et si Einstein s’était trompé, Sciences et avenir N° 418. En pages centrales : L’ordinateur fait du cinéma, avec des images de J-F Colonna (INA), Mowgly Witerman, H. Gouraud, Marc’o, G. Hervé et P. Prado (Grand Canal) : Sono Gioconda, Je suis heureuse, réalisé au Lactamme, Ecole Polytechnique avec A. Longuet.
1981-1982, 26 novembre-21 février. Ateliers ARC, Dany Bloch. Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Vidéos de C. Deblé, Ch. Picq, A. Garland, P. Prado
1981-1982-1983 (novembre) et la suite, Festival video franco-chileno, Encuentro Franco-chileno de Video-arte. Santiago, Chili. Pascal-Emmanuel Gallet (Ministère des Affaires étrangères) a conçu ces échanges entre vidéastes français et chiliens. Jean-Michel Solente en assurera la réalisation à Santiago. La programmation a été assurée par Marie Mas et Dominique Belloir. Le Festival franco-chilien sera actif pendant plusieurs années, y compris sous les années Pinochet. Cahen, Prado, Le Tacon, Jaffrenou... seront invités a Santiago. Des vidéastes chiliens sont invités en France. Oeuvres croisées, journaux vidéo, résulteront de ces voyages dans les hémisphères.
1982, 23-27 février, 2ème rencontre vidéo, Roubaix, C.R.A.V.Vidéos de Belloir, Dutrieux, Thomas, Perlein, Anssens, Josse, Baladi, Poyet, Delesalle, Lainé, Le Tacon, Le Comte, Minh, Boulanger, Bouvet, Pradο.
1982, Art et vidéo 1960 - 1980/82, de Dany Bloch. Edition / Publishing : Edition Flaviana, Locarno (Suisse).
1982, mai, exposition FNAC-Paris, auditorium Fnac Montparnasse
1982, Vidéo 82, Télérama hors-série, « Les fous de la vidéo ». Ikam, Marc’O, Hervé, Ristorcelli, Faisandier, Ruiz, Prado, Jaeggi, Belloir,
1982, 8-12 juin, Semaine de la Création vidéo, Forum des Halles, Wennberg-Nessim (Swimmer), Cahen (L’entrap erçu) Prado ( La Mauvaise mémoire) etc.
1982, juillet, Festival video, Elne (Pyrrénées orientales) conçu et organisé par Victor Simal avec Marie Joe Lafontaine, Sophie Handschutter, Pierre Lobstein, Patrick Prado, Antonio Muntadas,

1982, 6-15 août, III°Festival International d’Art Vidéo, Locarno, Suisse. Président du festival : Rinaldo Bianda. Président du jury : Enrico Fulchignoni. Avec Anne-Marie Duguet, Marie-José Saliou, Dany Bloch, Nam June Paik. 1er prix compétition vidéo : Galerie de Portraits de Marie André
1982 Présentation vidéo de Vidéo-Stock, Festival de Cannes, par Alain Micaud. Vidéos de D. Belloir, J-C Bouvet, P. Prado, N. Heydau, M. Vipotnik, Ko Nakajima.
1982, 13 octobre-14 novembre, Aimer L’Image,INA (Inst. Nal de l’Audiovisuel)-Midi-Pyrénées. Programmes cinéma, télévision et vidéo : « 100 créateurs, 140 titres, 350 heures de programme ».
1982 Dictionnaire des vidéastes, Le Technicien du Film. Dictionnaire réalisé par Severe Mayeux. 4 vidéastes de Grand Canal dans ce premier numéro du dictionnaire, et les autres dans les numéros suivants.

1983, 10-20 janvier, Vidéocéanes, Brest. Conception et direction Jean Louis Le Tacon et Sophie Handschutter. Daniel Hanivel, directeur de la Maison de la Culture de Brest. 25 moniteurs Thomson formant écran géant, 4 sources programmables sur un dispatching conçu par Daniel Michel. Synthétiseur de Marcel Dupouy. Article de J-P Fargier dans les Cahiers du Cinéma : « Sans doute est-ce le spectacle pensé par A. Longuet, Escal, qui donna la plus forte impression de réussite (4 images croisées des escaliers roulants de Beaubourg) ». Ligeon-Ligeonnet ; Philippe Ronce avec L’Écho des bananes ; Orlan avec Sainte Orlan bénissant les Vidéocéanes sur des textes d’amour extatiques de St Jean de La Croix et Ste Thérèse d’Avila ; Pierre Lobstein et Jean Louis Le Tacon et leurs Lettres d’amour, 1ere expérimentation artistique de télévision à balayage lent en slow-scan (l’ancêtre d’Internet) entre Brest et le Château d’O près de Montpellier, co-produit par le VAL (Vidéo animation Languedoc), France Telecom et la paluche Aaton, avec Jean-Louis Le Tacon, Patrick Prado, Pierre Lobstein, Jean-Alain, et Cédric Andrieux alors enfant à l’un des bouts du fil de cuivre, aujourd’hui danseur chez Merce Cunningham à New York. Une expérience de télévision locale « Cavale 34 » fut mise en route sur 600 foyers sur l’initiative de J-L Le Tacon par Patrick Prado et XXX avec Jean Christophe Bouvet (le général de Taxi 1,2,3, 4, etc) en présentateur vedette.
1983, 20-27 avril, Incontri Cinematografici, Salsomaggiore, Italia, 7ta Edizione. Vidéos de J-P Fargier, J. de la Casinière, T. Wennberg, D. Belloir, C. Ikam, P. Prado, A. Montesse. Kiki Picasso, M. Saloff, B. Wilson, J. Dupuy, P. Lobstein, J-C Bouvet, R. Ugolini, H. Nisic, R. Morin, L. Dupour
1983, juin, FR3, Vidéo à la chaîne, diffusion d’ouvres originales de vidéo de création Production et réalisation Pierre-Olivier Bardet.
1983, Art vidéo, Rétrospectives et Perspectives, Palais des Beaux-Arts, Charleroi. RTBF. Coordnation Gérard Michel. Vidéos de France, Allemagne, Autriche, USA, Italie, Belgique etc
1983, 3-6 octobre, Art Vidéo Français 1981-1983 – French Video Art, The French Institute/ Alliance Française, New York. Conception et coordination : Patrick Prado et Teresa Wennberg. Préface de Dany Bloch, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, avant-propos de Christine Van Assche, MNAM - Centre Georges Pompidou. Catalogue édité par l’AFAA (Action française d’action artistique), la Médiathèque centrale du Ministère des relations extérieures, l’Ambassade de France à New York, The French Institute/ Alliance Française. Vidéos de R. Cahen, D. Belloir, N’Guyen Minh, C. Ikam, J. de la Casinière, Ph. Truffaut, M. Jaffrennou et P. Bousquet, P. Lobstein, T. Wennberg, J-L Le Tacon, P. Prado, J-P Fargier et D. Jaeggi, H. Nisic, A. Jaumier, J-M Gautreau,, J-C Bouvet, R. Baladi, J. Dupuy, R. Ugolini, J-M Benech et J-M Vecchiet, M-A Poyet et B. Delesalle, Ph. Puycouyoul, Basile-Vignes, F. Pain, Orlan, Viet.
1983, septembre, L’Obscène, Traverses n° 29, Revue du Centre de Création industrielle, Centre Georges Pompidou. Numéro établi sous la direction de Jean Baudrillard, coordonné par D. Belloir. L’iconographie du n° est tirée de vidéogrammes, dont ceux de Grand Canal : D. Belloir, R. Cahen, C. Ikam, Y. G. Minh, P. Prado, et aussi de N.J.Paik, J. Godfrey, C. Deblé, A. Elfort, T. Krikorian, etc.
1983, 24-28 octobre, 2ème Semaine de la Création Vidéo, Grenoble, avec la plupart des auteurs de Grand Canal
1984, jan-fev-mars, Art actuel, Axe sudN° 11. Texte de Pierre Lobstein et Teresa Wennberg : « Art vidéo ? Parlons de l’art de la vidéo. » et à propos de Hervé Nisic, Dominique Belloir, Patrick Prado et Yves de Peretti.
1984, 3-12 août, Exposition d’Art Vidéo Français, Taipei Fine Art Museum, Taipei, Taiwan. Conception et direction : Martha Su Fu et Wang Tai Chi. Préface et avant propos de René Berger et Brigitte Petit-Archambault. Vidéos de la plupart des auteurs de Grand Canal.
1984, VIDEO ART, Thessalonique et Palais de Zapio, Athènes, Video installation et super 8, 6eme Festival et hommage à J.L.BORGES, Institut Français de Thessaloniki., Secretariat général de la jeunesse. Conception et Coordination:Nicos Giannopoulos.


1985, 31 janvier-5 février Electra, Performances vidéo, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Sélection vidéo conçue et coordonnée par Dominique Belloir. Soirées performances par Jean-Louis Le Tacon et organisées par Bénédicte Lesage et Alain Jomier. Mur d’écrans par Jean-Louis Le Tacon et Dominique Belloir. Imagiciel de commutations d’écrans par Daniel Michel. Installations et performances de B. Vignes, J. Lefdup (Six mille Sung) ; Ph. Ronce ( L’Écho des bananes) ; Free Rock (Vidéo rock KGDD) ; Th. Nivaux (Psyché Vidéo) ; M. Spex, M. Mingarelli (Vidéo Danse) ; K. Murobushi (Danse Butô) ; M. Tomkins , A. Longuet (Entre d’eux) ; D. Belloir, A. Longuet (Present Tense Nerds 1984) ; Matt Masson Prod. (New War, vidéo rock) ; S. Handschutter (Clin d’œil) ; Frigo ; Orlan ; B.T. Montagnac (Une Fureur I, II, III) ; P. Prado (Amour Transcodé) ; New Mixage (Zoo Mixage Circus) ; Composite Prod. (Electric Momes) ; Jean-Michel Vecchiet (San Marco) ; J-M Duhard, M. Cazenave (Couleur Mécanique) ; Marie-Jo Lafontaine.
1985, Heure Exquise ! première association de diffusion non commerciale de la vidéo française et étrangère, Heure exquise a joué un rôle essentiel dans la promotion de l’art vidéo et sa diffusion en France et en Europe. 1989 : « Il y a une véritable masse d’œuvres, fortes et incontestables, jamais diffusées sur antenne. (…) La vidéo de création a tout pour elle mais surtout pas sa place à l’antenne (…) Il faut faire bouger la télé (et sa) bouillie d’images et de sons médiocres qu’elle impose au téléspectateur (…) Notre travail est de former un public à d’autres écritures (…) Transformons le vidéophile en vidéophage. Passons du petit cercle au grand cercle »
1985, VIDEO ART, Série televise de diffusion d’art vidéo ( 12X30 min, chaîne nationale grecque ET-1, Athenes. Réalisation : Nikos Giannopoulos. (Diffusion de Goulaf Boulimik de P. Prado le 10 octobre)
1985, Dany Bloch, L'art vidéo, Paris, France, Limage 2/Alin Avila, 1985, 126 pages : « Il semble difficile voire impossible de définir d'une manière précise l'art vidéo. Peut-être parce qu'il en existe autant de formes que de pratiques artistiques contemporaines. Peut-être aussi parce qu'il oscille constamment entre deux pôles: l'art et la communication._Disons que l'art vidéo peut définir la production d'un artiste utilisant une caméra électronique reliée à un magnétoscope, relié lui-même à un écran de télévision appelé «moniteur» qui retransmet instantanément l'image filmée par la caméra. Cet appareillage permet d'enregistrer des images et des sons sur une bande magnétique. La caméra saisit l'information, le magnétoscope l'enregistre et le moniteur la retransmet. À partir de ces trois propositions, on peut dire que l'art vidéo est une forme d'expression le plus souvent artistique qui utilise des supports picturaux nouveaux ». « En 1963 Nam June Paik découvrira qu'on peut produire des images sans avoir recours à une caméra en perturbant, en déréglant, ou en étirant l'image télévisée. «Je n'avais aucune idée préconçue, écrit-il dans une interview publiée dans The New-Yorker. J'ai accumulé les erreurs et il en est sorti un élément positif...» En fait, il n'avait fait qu'appliquer à l'image télévisée les pratiques utilisées depuis longtemps dans les différentes formes de musique expérimentale, électronique, électro-acoustique, à savoir la genèse de sons obtenus électroniquement et leur traitement. Grâce au dispositif électronique, il est possible à présent de créer des formes variées, des rythmes musicaux, des jeux de couleurs ; l'utilisation de la couleur étant un atout majeur dans ce type de travaux, l'image «froide et abstraite» dont parlait McLuhan devient alors ‘chaude et sensuelle’ ».
1985, juin , Vidéo sculpture" Arca Marseille, produit par Roger Pailhas , conçu et organisé par Jean-Michel Vecchiet, avec Patrick Bousquet, Marie-Jo Lafontaine, Nam June Paik, Wolf Vostell.

1985, novembre-janvier 1986, 1st International Video Festival, Kulturhuset, Stockholm Jan. 1986 avec Brian Eno, Shigeko Kubota, Yann Nguyen Minh, Ulrike Rosenbach, Wolf Vostell, Teresa Wennberg et Pierre Lobstein.
1986, 12 juillet-6 aout, Fesval vidéo à la Chartreuse de Villeneuve, Festival d’Avignon. CIRCA, CNAP, CNC, ARCANAL. Dix installations vidéo de Nam June Paik, Ko Nakajima à M. Jaffrennou et Marie-José Fontaine. N° spécial des Cahiers du Cinéma, commentaires de Paul Virilio et Raymond Bellour, juillet 1986.
1986 décembre – 1987 janvier, Japon Art vivant, catalogues 1 et 2, Aix en Provence, Marseille, Commissaires Jean Biagini, Germain Viatte. Commissaire nouvelles technologies Martine Bour. A l’occasion de la présentation d’artistes contemporains japonais, Pierre Lobstein pour la DAP produit la vidéo de P. Prado, Shinjili, Chronique des choses nouvelles. Articles de Shigeo Chiba : L’essence de l’art japonais actuel ; de Toshikuni Maeno : Institutions, etc. ; de Isao Matsuhura : Réflexionx sur la naturalisation ; de Patrick Prado : Leçons de choses. Le simulacre et l’inéffable ; de Germain Viatte : à propos de Gutaï ; de Félix Guattari : Déjà tant de choses sur Keiichi Tahara(un texte de février 1985) ; d’Edmond Couchot La mémoire vive ; de P. Lobstein et Takako Yamaguchi un entretien avec Ko Nakajima
1987, 7-10 octobre, 28 ème Festival International de Cinéma et Vidéo de Thessalonique. Direction: Nikos Giannopoulos. Plusieurs vidéastes européens invités dont de Grand Canal.
1987, juin, Création vidéo en France, Intermédia - Ministère des Affaires étrangères. Conception-coordination : Marion Vargaftig et Michèle Viaud. Six « professionnels » de la vidéo exprime leurs vues sur la création vidéo en France : Marion Vargaftig, Dominique Belloir, Jean-Marie Duhard, Alain Burosse, Jean-Paul Fargier, Anne-Marie Duguet. 46 bandes sont présentées.
1987, Semaine video experimentale, 28eme International Film Festival de Thessaloniki. Conception et coordination: Nikos Giannopoulos.
1988, 4ème Festival International de vidéo, Montbéliard. Olivier Lamour dans Libération du 29/09/1988 : Cinquante œuvres en compétition, moins d’art vidéo et plus de fictions et documentaires, plus 700 autres bandes visionnables ad libitum Vidéos moins radicales et moins abstruses avec moins d’effets. Alain Burosse, responsable des programmes courts de Canal + achète une dizaine de bandes et Anna Glogowski responsable des documentaires sur la même chaîne « a repéré un film sur la pêche aux phoques chez les Inuits ». Article élogieux de Serge Daney.
1988, 31 août - 4 octobre, IIda Bienal de Video, Museo de Arte Moderna de Medellin, Colombia. Vidéos d’Europe, USA, Amérique latine, Japon. Préface de Tulio Rabinovich Manevic, introduction de Juan Guillermo Garcès. 43 vidéos françaises sont présentées, dont 29 de Grand Canal.
1990, 20-25 février, La vidéo casse le baroque, Centre Wallonie-Bruxelles Paris : « la vidéo souflle ses vingt-cinq images » ou le 25° anniversaire de l’art vidéo en France. Nous le faisons donc remonter à 1965. 1965 ? C’est le trajet en taxi avec son premier portapak de Nam June Paik, a New York, qu’il diffuse immédiatement au café « A Gogo ». 1965, c’est Fluxus en Allemagne auquel participe NJP et celui-ci « prépare » des téléviseurs comme John Cage prépare ses pianos. Mais dès 1959, c’est Wolf Vostell qui, avec Fluxus encore, lance les premiers TV-happenings et ses TV-décollages à Wuppertal en Allemagne. L’installation au Centre Wallonie-Bruxelles se développe sur trois étages, de la cave au grenier comme une « maison vidéo » des jeunes mariés de la vidéo, de la chambre à coucher à la salle de bain, des toilettes à la chaudière, des escaliers aux couloirs, tous envahis de moniteurs préparés, détournés, retournés, torturés, flagellés, brisés, flambant, coulant, couinant, du meilleur effet. Ce catalogue sera mis bientôt en ligne. Il propose des définitions de la vidéo et de sa branche française rétrospectivement pas piqués des pixels.
1990, 6-7 avril, Vidéo-France, Istituto francese di Firenze, Florence, Italie. 3ème présentation d’art vidéo des productions françaises. Direction Noëlle Chatelet. Conception et catalogue : Alain Bichon. Rétrospectives Robert Cahen. Sélections INA, Ex Nihilo, Grand Canal, Musée d’Orsay. Dominique Belloir y présente en « première absolue » (dixit la presse locale) son > Syndrome de Stendhal tourné à Florence l’année précédente.
1990, 18-23 juin, Festival International de Patras - Nouvelles Technologies, 1ère Rencontre européenne. Organisation: Nicos Giannopoulos. Colloque sur le numérique. Tentative de mettre en place un réseau européen de diffusion d’art vidéo.
1990, 1eres Rencontres Européennes pour l’art et les nouvelles technologies, Présentation de Grand Canal- Sélection video des artistes francais)Athenes, Galeries: ILEANA TOUNTA, EVMAROS, TITANIUM, MEDUSA, AD. Conception et organisation: Nicos Giannopoulos
1991, 22-23 mars, Vidéo-France, Istituto francese di Firenze, Florence, Italie. 3ème présentation d’art vidéo des productions françaises. Direction Noëlle Chatelet. Conception et catalogue : Alain Bichon. Rétrospectives Patrick de Geetere et Patrick Prado. Sélection des films de Heure Exquise ! A cette occasion, on retrouve cet interview de P. Prado dans un journal italien : « >Inammorato delle isole portoghesi, spagnole, italiane e del Centroamerica, evito per quanto possibile il contatto tecnologico et culturale con il mondo anglosassone ».
1993, 1er trimestre, Nouveaux créateurs, regards d’école, Centre National des Arts Plastiques (CNAP-Ministère de la Culture). Dix catalogues pour dix états des lieux des arts contemporains en France, dont , numéro 10 par ordre alphabétique, la vidéo. Avant –propos par Pierre Bongiovani, directeur du CICV Montbéliard, portraits par Jean-Paul Fargier, vidéaste, critique au Monde, à Libération, aux Cahiers du Cinéma. Dix vidéastes sont présentés, de Christophe Aragona à Teresa Wennberg.
1993, 1er trimestre, 82-92 Film et vidéo, CNAP-DAP Productions, Centre National des Arts Plastiques, Délégation aux Arts Plastiques. Dix ans de production audiovisuelle. Préface de François Barré, délégué aux arts plastiques. Gros catalogue de 259 pages en 5 rubriques : monographies, d’artistes, films sur plusieurs artistes, art vidéo (par titres des œuvres et par ordre alphabétique), fictions, et un index des titres, séries, artistes, thèmes et réalisateurs. La plupart des auteurs de Grand Canal sont présents.

1993, Heure Exquise ! distribue les bandes d’art vidéo. 1180 œuvres sont répertoriées, classées par genres, auteurs, collections, langues. Ce catalogue et les suivants sont disponibles. Site internet http://www.exquise.org/
2001, Symposium: ‘’Digital Cinema’’ 42eme International Film Festival of Thessaloniki. Conception et organisation: Nicos Giannopoulos. Réalisateur et producteur, il est le pionnier de l’art vidéo pour la Grèce et a popularisé l’art vidéo international dans son pays.

http://grandcanal.free.fr/gc_diffusion.html